IMG_4191

récital solo 

Petite suite de Préludes pour clavier chromatique de cloches de vaches en acier de
Chamonix.

Lʼeau, cʼest avant toute chose,  une nature sonore qui sʼoffre à nous.
Ce sont les murmures des stalactites et stalagmites qui peuplent nos grottes, les “grelots”
dʼune pluie dʼété, le cataclysme des grandes cascades, les longues plaintes de la glace
qui se rompt au dégel à la surface des étangs, évoquant au lointain la sonnerie dʼune
cathédrale engloutie.

Légendes dʼhier ou dʼaujourdʼhui, écoutez les voix de lʼeau et ses polymorphoses, elles
vous mèneront des berges de lʼenfance à celle du Styx.
Et quel meilleur ambassadeur que le chant dʼacier des cloches pour évoquer un traîneau
glissant sur la neige à des vitesses folles en toute insouciance ou le glas qui accompagne
un trépas ?

Que cet acier, au tempérament bien trempé, né  de la rencontre du feu et de lʼeau, du
marteau et de lʼenclume, au delà dʼune froide apparence, réchauffe vos sites auriculaires.
Joué à mains nues, à 2 ou 4 baguettes, à lʼarchet, avec des aiguilles à tricoter, des
plumeaux magiques, des flamboyants, vous entendrez dans un désordre météorologique :
La buée “,  “ Lʼétang gelé au clair de lune “ , “ Le traîneau sur la neige “ ,“ Les perles de rosée “ , “ Le grêlon rieur “ , “ Toupin et Toupinette “ , “Battements d’ailes dans le brouillard“, “ Folle eau “,  “ Des pas sous la neige “.

IMG_4215

Crédits photo : © Mathias Nicolas

%d blogueurs aiment cette page :